Mariage

Renseignez-vous auprès des prêtres : CONTACT 
 

RENCONTRE DES COUPLES

PREPARATION

25 février 2017
Salle saint Pierre 
Gréoux-les-Bains

Toute la journée

source-catholique.org Questions Essentielles
 

Pourquoi se marier à l’Eglise ?
Parmi tous les sacrements, le mariage présente d’emblée une particularité : la réalité du mariage préexiste au sacrement. C’est vrai également du baptême, rite qui n’a pas attendu le Christ pour être pratiqué, sauf que dans le cas du mariage, on est en face, bien au-delà de la seule civilisation juive, à une institution universelle, celle de l’union publique entre un homme et une femme : « l’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté pour toute la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants, a été élevée entre les baptisés par le Christ Seigneur à la dignité de sacrement. » (CIC, can. 1055). Alors, pourquoi se marier à l’Eglise ?


Le mariage dans l’Ancien Testament
La Loi de Moïse admet la répudiation mais proscrit l’adultère, y compris en pensée ; c’est l’objet des 6e et 9e commandements :
« Tu ne commettras pas d’adultère. [...] Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain. » (Ex, XX, 14 et 17)
L’exemple le plus célèbre de ce refus de l’adultère est celui de David et de Bethsabée, qui vaut au roi les reproches du prophète Nathan (d’autant que pour avoir Bethsabée, David a envoyé son mari Urie à la mort) :
« Pourquoi as-tu méprisé Yahvé et fait ce qui lui déplaît ? Tu as frappé par l’épée Urie le Hittite, sa femme tu l’as prise pour ta femme, lui tu l’as fait périr par l’épée des Ammonites. » (2 S, XII, 9)
Par-delà les normes juridiques, l’Ancien Testament valorise cependant le modèle d’un amour conjugal exclusif et fidèle. C’est ce qu’on trouve par exemple chez Malachie :
« Respect donc à votre vie, et la femme de ta jeunesse, ne la trahis point ! » (Ml, II, 16)
 

L’enseignement de Jésus sur le mariage
Jésus affirme le caractère indissoluble du mariage :
« Il a été dit : “si quelqu’un répudie sa femme, qu’il lui donne un acte de divorce”. Eh bien ! moi, je vous dis : tout homme qui répudie sa femme, hormis le cas de « prostitution » , l’expose à l’adultère ; et quiconque épouse une femme répudiée, commet un adultère. » (Mt, V, 32)
Pour Jésus, l’autorisation de la répudiation par Moïse n’est qu’une tolérance :
« “Moïse, dirent-ils, a permis de rédiger un acte de divorce et de répudier.” Alors Jésus leur dit : “c’est en raison de votre dureté de cœur qu’il a formulé cette loi.” » (Mc, X, 5)
Aussi l’enseignement de Jésus restaure-t-il le dessein originel du Créateur :
- Dieu a créé l’être humain sexué :
« Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu, il le créa, homme et femme, il les créa. » (Gn, I, 26-27)
- Homme et femme sont complémentaires :
« Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie. » (Gn, II, 18)
- Homme et femme sont appelés à ne faire qu’un :
« C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » (Gn, II, 24)
« Ce que Dieu a uni, l’homme ne doit point le séparer. »

Le sacrement de l’union du Christ et de l’Église

Néanmoins, l’enseignement du Christ sur le mariage ne fait pas de celui-ci un sacrement, un « signe sensible et efficace de la grâce », de la vie divine. Pour que le mariage accède à la dignité de sacrement, il faut franchir un degré supplémentaire, qui le rattache à l’histoire du Salut.
Dans l’Ancien Testament, l’alliance entre Dieu et son peuple est plusieurs fois comparée à l’amour d’un homme pour une femme. C’est une image classique, dans laquelle le peuple d’Israël est décrit comme une femme infidèle à qui son mari pardonne, comme chez Isaïe :
« Comme une femme abandonnée et désolée, le Seigneur te rappelle. Est-ce que rejette la femme de sa jeunesse ? dit le Seigneur ton Dieu. » (Is, LIV, 6)
Jésus, lui aussi, s’est très souvent comparé ou a été comparé à l’Époux, au Fiancé :
« Il en va du Royaume des Cieux comme d’un roi qui fit un festin de noces pour son fils. » (Mt, XXII, 2)
Ainsi, la relation entre Dieu et les hommes devient, dans sa dimension ultime, l’histoire d’un mariage entre le Christ et l’Église :
« Soyons dans l’allégresse et dans la joie, rendons gloire à Dieu, car voici les noces de l’Agneau, et son épouse s’est fait belle. [...] Heureux les gens invités au festin des noces de l’Agneau. » (Ap, XIX, 7 et 9)
Ces noces de l’Agneau, c’est le sacrifice du Christ pour l’Église :
« Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’Église, il s’est livré pour elle afin de la sanctifier. » (Ep, V, 25-26)
Ainsi, c’est la vie même du Christ qui fonde le mariage comme un sacrement : comme l’explique saint Paul, par leur union, les époux chrétiens sont un signe, un « sacrement » de cet amour exclusif et fidèle du Christ pour l’Église :
« “Voici donc que l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux ne feront qu’une seule chair” : ce mystère est de grande portée : je veux dire qu’il s’applique au Christ et à l’Église. » (Ep, V, 31-32)

Résumé : le mariage chrétien, considéré comme un sacrement, ne vient pas nier cette dimension naturelle, commune à toute l’humanité, du mariage ; au contraire, il l’enrichit et lui donne sa dimension véritable, non seulement en restituant à l’union de l’homme et de la femme son caractère originel voulu par Dieu lors de la Création du monde, mais plus encore en l’intégrant à l’histoire du Salut apporté par Jésus-Christ.

out sur le mariage

- Pourquoi se marier à l’Eglise ?
- Que dit la Bible sur le mariage ?
- Que signifie un mariage chrétien ?
- Qui a inventé le mariage chrétien ?
- Qui peut célébrer un mariage ?
- Est-on encore libre après le mariage ?
- Que devient le mariage après la mort d’un époux ?

POURQUOI SE MARIER A L’EGLISE ?

Pour un motif traditionnel – On peut vouloir se marier à l’église, « passer » à l’église, comme l’on disait autrefois, comme le lieu du « vrai mariage »,
Pourquoi se marier à l’église ? Pour un motif familial - Beaucoup de couples, qui ne sont pas des chrétiens pratiquants, veulent se marier à l’église. A peu près la moitié des mariages en France ont été célébrés à l’Église catholique. Mais pourquoi se marier à l’église ? Pour certains c’est un motif familial, pour faire plaisir à la famille et pour avoir une belle cérémonie,
Pour un motif religieux, c’est mieux – Le mariage à l’église peut donner une valeur sacrée à l’amour mutuel et permet de recevoir de Dieu une force pour s’aimer dans le bonheur et dans l’épreuve. Ils demandent le sacrement de mariage. Le mariage chrétien exprime que l’amour n’est pas seulement l’engagement du couple, mais que c’est un cadeau qu’on reçoit pour donner. Se poser la question "Pourquoi se marier à l’église" est l’occasion de prendre conscience de la dimension spirituelle du mariage : "A mon mariage, j’ai vécu quelque chose qui m’a dépassé" dit un jeune marié.

QUE DIT LA BIBLE SUR LE MARIAGE ?

 
Le mariage est indissoluble 

Jésus a affirmé l’indissolubilité du mariage en se référant, par delà la loi de Moise, au dessein créateur de la Genèse, . Questionné par un d’un pharisien sur la répudiation, Jésus répond : "N’avez vous pas lu que le créateur des l’origine les fit homme et femme et qu’il a dit : l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et les deux ne feront qu’une seule chair ? Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Et bien ce que Dieu a uni, l’homme ne doit pas le séparer" (Mt 19/3-6). La répudiation tolérée "à cause de la dureté des cœurs" est exclue dans le Royaume de Dieu
Jésus a enseigne aussi qu’on commet un adultère, si on répudie sa femme, sauf s’il s’agit d’une épouse illégitime, et qu’on en épouse une autre ou si on épouse une femme répudiée par son mari (Mt 5/32 et 19/9, Luc 16/18)
Après une conversion, le mariage, précédement contracté du nouveau chrétien avec un non croyant, peut être dissout ;si son conjoint n’accepte pas la conversion mais seulement du fait de la partie non-croyante : selon l’enseignement de St Paul "Si un frère a une femme non croyante qui consente à cohabiter avec lui, qu’il ne la renvoie pas ... Mais si la partie non croyante veut se séparer, qu’elle se sépare. En pareil cas, le frère ou la sœur ne sont pas liés" (1Co 7/12-16). C’est le "privilège paulin".

Le mariage est pour la vie terrestre
Il y a souvent une confusion de terme autour de cette formule, certes le sacrement de mariage ne peut être reçu que de son vivant, comme tous les sacrements, mais les liens qu’il crée entre époux sont perpétuels. Cependant, en cas de décès de l’un des conjoint, le remariage est licite selon l’enseignement de St Paul : "La femme demeure liée à son mari aussi longtemps qu’il vit. Mais si le mari meurt, elle est libre d’épouser qui elle veut, dans le Seigneur seulement." (1 Co 7/39)

Le mariage est le signe visible de l’union du Christ et de l’Église
St Paul présente le mariage des chrétiens comme le signe visible de l’union du Christ et de l’Église. "L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et les deux ne feront qu’une seule chair. Ce mystère est de grande portée ; je veux dire qu’il s’applique au Christ et à l’Église (Eph 5/31) Le mariage est un grand mystère par rapport au Christ et à l’Église. C’est le signe visible d’une réalité spirituelle

QUE SIGNIFIE LE MARIAGE CHRÉTIEN ?

De même que l’eau pour le baptême ou l’huile pour la confirmation sont les signes visibles de l’action de Dieu et de sa grâce, de même selon saint Paul (Eph 5/23-32), l’union des époux chrétien est le signe visible d’une réalité spirituelle l’union du Christ et de l’Église. Le sacrement de mariage est le signe visible de l’action de Dieu qui d’une part réalise un lien sacré entre les époux et d’autre part leur donne sa grâce pour vivre leur union conjugale.

Le sacrement du mariage confère aux époux chrétiens des grâces spéciales qui leur permettront d’accomplir leur vocation, les grâces nécessaires pour vivre saintement et pour bien élever leurs enfants. Il donne aux époux la grâce de s’aimer de l’amour dont le Christ a aimé son Église. - Il y a donc deux réalités dans le sacrement du mariage : le lien du mariage et les grâces du mariage.

QUI A INVENTE LE MARIAGE CHRÉTIEN ?

C’est Dieu qui a institué le Mariage et c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui en fait un Sacrement. On ne trouve pas, dans l’Écriture Sainte, de texte relatant l’institution elle-même du sacrement de mariage par Jésus. Mais cette institution du sacrement se déduit de l’attitude que Jésus a eue envers le mariage, et des précisions qu’Il a données à son sujet : Après avoir dit les paroles que nous avons rapportées ci-dessus, Jésus déclara : "Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni !" (Mt 19/6). - Ce n’est qu’au XIIIème siècle que le sacrement de mariage a été inscrit officiellement dans la liste des sept sacrements,

QUI PEUT CÉLÉBRER UN MARIAGE ?

Dans la liturgie du rite latin ce sont les époux eux-mêmes qui sont les ministres du sacrement de mariage et celui-ci est réalisé au moments où les époux échangent leurs consentements mutuels en présence d’un prêtre ou d’un diacre. ils se confèrent mutuellement le sacrement. Ce n’est pas une expression exacte de dire que le mariage est fait par le prêtre ou par le diacre.
Dans la liturgie catholique du rite oriental, on considère que c’est le Prêtre qui est le ministre de ce sacrement.

EST-ON ENCORE LIBRE APRÈS LE MARIAGE ?

Le mariage est un engagement pris devant Dieu. Le mariage est un engagement libre pris devant Dieu par amour entre un homme et une femme, qui se choisissent pour vivre toute leur vie « dans la liberté des enfants de Dieu. » (Gal 4, 1)
Ses caractéristiques sont : la liberté, la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité. Ces différents points de l’engagement sont nécessaires pour la validité du sacrement.
Chacun des fiancés doit être pleinement libre au moment de son engagement.
Ils promettent fidélité à leur conjoint, et cette promesse est source de confiance réciproque.
Ils s’engagent pour toute leur vie, car le mariage crée un lien sacré entre les époux.
Ils acceptent d’être ouverts à la vie et d’accueillir avec amour les enfants qu’ils mettront au monde.

QUE DEVIENT LE MARIAGE APRÈS LA MORT D’UN DES ÉPOUX ?

"Quoique cela déçoivent certains couples qui voudraient que le mariage soit éternel, le sacrement de mariage est pour la vie terrestre. Si l’un meurt, l’autre peut de remarier. On s’engage pour toute la vie du couple. Jésus en effet a dit "A la résurrection, on ne prend ni femme, ni mari, on est comme les anges dans le ciel" (Mt 22/30)"
Nous lisons, ou entendons, trop souvent cette affirmation qui laisse sous-entendre que les liens familiaux tissés sur cette terre n’existeront pas au ciel. Naturellement c’est inexact et heureusement ! Comment imaginer que tout l’amour ayant existé au sein de nos familles puissent disparaître au ciel.
En fait, il s’agit là d’une interprétation erronée de l’évangile, le père Cantalamessa, théologien, prédicateur de la Maison Pontificale nous le dit clairement : "Interprétant de manière erronée cette phrase du Christ, certaines personnes ont affirmé que le mariage n’a aucune continuation au ciel. Par cette phrase, Jésus rejette l’idée caricaturale que les Sadducéens présentent de l’au-delà, comme s’il s’agissait d’une simple continuation des relations terrestres entre les conjoints ; il n’exclut pas le fait que ceux-ci puissent retrouver, en Dieu, le lien qui les a unis sur la terre."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire