Hymne à Sainte Claire d'Assise
Fêtée le 11 août                               XXXIII

HYMNE A SAINTE CLAIRE D’ASSISE
Ballade de Saint-Damien


                                    Claire d’Assise, ô vrai bijou
                                    D’esprit, d’amour  et d’innocence,
                                    Tu ne pouvais avoir d’époux
                                    Que le Soleil de ton enfance.              
                                    Tu n’avais d’autre appartenance
                                    Qu’au Christ Jésus, le Roi des Cieux.
                                    Heureuse es-tu de cette chance !                  
                                    Heureux cœur pur qui a vu Dieu !

                                    A vivre ainsi privé de tout,
                                    Le petit pauvre te devance :
                                    Vos cœurs battaient du même pouls.
                                    Pour nous vous fîtes pénitence,
                                    Vous qui aviez cette science
                                    De bien louer le Merveilleux
                                    Dans la plus pure jouissance.
                                    Heureux cœurs purs qui ont vu Dieu !

                                    Pour les épouses du Très-Doux
                                    Tu avais toute prévenance[1],
                                    Mais si facile était ce joug,
                                    De sexte à none, avec constance,
                                    De voir Jésus dans la souffrance,
                                    Larmes et sang lavaient tes yeux[2].
                                    Cloué pour notre délivrance,              
                                    Heureux cœur pur, qui a vu Dieu.

                                    Princesse, au ciel tu as créance
                                    Des diamants les plus précieux ;
                                    L’Amour a seul cette brillance !
                                    Heureux cœur pur, qui a vu Dieu !
                  
*


[1]Claire se levait la nuit pour aller border le lit de ses compagnes qui se découvraient.
[2]Chaque jour, de midi à none, elle éprouvait, à méditer la passion, des tortures mystérieuses qui lui mettaient des larmes de sang dans les yeux. (extrait de Omer Englebert La Fleur des saints)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

HORAIRES DES MESSES EN SEMAINE

L I T A N I E S de la M I S E R I C O R D E et CHAPELET DE LA MISERICORDE