samedi 13 décembre 2014

HYMNE POUR LA FETE DE SAINTE LUCIE


CIX

HYMNE POUR LA FETE DE SAINTE LUCIE



                             Sœurs dans la mort, Lucie, Agnès, Agathe[1],
                             Fleurs convoitées, pures et délicates,
                             De rester vierge ayant commis délit
                             (Vous refusiez  les avances des nobles) :
                             On vous condamne au lupanar ignoble
                             Où votre corps sans fin serait sali.

                             Du déshonneur, les miracles vous sauvent ;
                             Mais vos bourreaux, plus acharnés que fauves,
                             D’un glaive aigu vous transpercent le cou.
                             Contre la foi le chancelant empire
                             Ne pouvait rien... O roses du martyre,
                             Sinon le Christ vous n’eûtes point d’époux.

                             Sainte Lucie, perle de Syracuse,       
                             Le pur éclat que ta beauté diffuse
                             Fait qu’à ta fête ensemble nous venons
                             Avant l’hiver  nous emplir de lumière.
                             Depuis longtemps, dans toutes les chaumières,
                             C’est en ce jour qu’on célèbre ton nom.

                             Loin de Sicile, aux bords de la Baltique,
                             En ton honneur on chante le Cantique.
                             Trouant la nuit, jeunes filles en blanc,
                             Couronne en flamme ornant leur chevelure,
                             D’un linge rouge ont noué leur ceinture :
                             De ton martyre, on se souvient du sang.

                             Sol invictus[2], c’est l’heure du solstice.
                             Le temps n’est plus que les jours raccourcissent :
                             L’astre renaît plus vif tous les matins.
                             Ta foi, Lucie, signale notre route ;
                             Viens éclairer les longues nuits du doute !
                             Guide-nous, sainte, au jour qui ne s’éteint !

*

                                                            Guy Jampierre, octobre 2014




[1] Agathe à Catane circa 254, Agnès à Rome circa 304 et Lucie à Syracuse, circa 305.
[2] Sol invictus : le soleil invaincu ; de cette fête païenne, les Chrétiens ont tiré celle du Christ né dans la nuit hivernale, mais promis à sortir ressuscité de l’ombre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire