mardi 15 avril 2014

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT BENOIT LABRE




HYMNE POUR LA FETE DE SAINT BENOIT LABRE[1]

                                      Au Père Charles Honoré

                                      D’être moine était ton rêve :
                                      Nul couvent ne t’a voulu[2].
                                      Alors, pour prier sans trêve,
                                      A l’exil te résolus.
Ainsi, comme au Moyen-Age,
                                      Des plus grands pèlerinages
                                      Tu parcourus les chemins ;
                                      Puis tu vins, mendiant libre,
                                      Adorer le long du Tibre,
                                      Dans la ville des Romains.

                                      Pauvre corps qui  se délabre, 
                                      Corps sans soin de vagabond,
                                      On te trouve,  Benoît Labre,
                                      Sous l’église, moribond :
                                      Tu quittes la vi(e) des hommes.
                                      Alors les enfants de Rome,
                                      En groupe et criant très fort,
                                      S’en vont, de place en ruelle,
                                      Pleurer la triste nouvelle :
                                      « Il est mort, le saint est mort ! »

                                      Comme le peuple criaille
                                      Et partout scande ton nom,
Tu reçois des funérailles
                                      A Sainte-Marie-aux-Monts.
                                      On se presse sur ta dalle
                                      D’une ferveur sans égale.
                                      Tant de miracles ont lieu
                                      Qu’on ouvre aussitôt[3] l’étude
                                      D’admettre en béatitude[4]
                                      Benoît,  « vagabond de Dieu ».

                                      C’est que dans la Cité sainte,
                                      De toi, même en t’humiliant,
                                      Nul n’ouïs la moindre plainte ;
                                      Tu fus le saint mendiant.
                                      Tu récitais le rosaire
                                      Pour tes frères en misère.
                                      Toi qui n’as table ni toit ;
                                      Toi, pourtant, qui fais l’aumône,
                                      Des pièces que l’on te donne,
                                      A plus malheureux que toi.

                                      Il est clair que Jésus t’aime
                                      De lui être, ô saint Benoît,
Un frère au courage extrême,
                                      Pauvre de tout sauf de foi.
                                      Ce noyau[5] de l’Evangile, 
Si dur aux croyants fragiles :
                                      « Veillez à vous renier ! »,
                                      Tu en fis ta vie entière.
                                      La nôtre en soit l’héritière,
                                      Nous qu’orgueil tient prisonniers.

*

                                                                                                Guy Jampierre, février 2014


[1] Ainé d’une famille de 15 enfants, né près de Boulogne en 1748. Mort à Rome le 16 avril 1783.
[2] Notamment Trappistes et Chartreux du Nord de la France, sa région d’origine.
[3] Benoît est mort le 16 avril  1783, et son procès en béatification s’ouvre en mai de la même année.
[4] Il sera béatifié par Pie IX en 1860 et canonisé par Léon XIII en 1881.
[5] A la fois au sens de partie centrale, mais aussi parce que c’est un peu dur à avaler.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire