vendredi 14 mars 2014

HYMNE POUR LA FETE DE STE LOUISE DE MARILLAC




HYMNE POUR LA FETE DE STE LOUISE DE MARILLAC[1]


Fille de grands, mais fille illégitime,
Fille d’un temps de superbe clarté[2]
Mais où l’intrigue alimentait le crime,
                                                Epouse et mère en la difficulté,

                                      Louise eût voulu la vie contemplative.
                                      A Dieu, plus jeune, elle l’avait promis.
                                      Mais elle est femme et le devoir l’en prive
                                      Tant que Le Gras ne s’est pas endormi[3].
                                     
                                      Alors son vœu profond se réalise :
                                      Jésus le Christ devient son tendre époux ;
                                      En se vouant aux pauvres de l’Eglise,       
                                      Au divin pauvre, elle donnera tout.
                            
                                      Monsieur Vincent[4] fonde les Lazaristes,
                                      Louise, les  Filles de la Charité.
                                      Il est, du Ciel, diverses saintes pistes :
                                      Leur préférence est aux déshérités.

                                      C’est dans la rue que se vit l’Evangile
                                      Ou les couloirs d’immenses hôpitaux,
                                      Dans les prisons,  les bouges, les asiles,
                                      Là où la vie souffre de coups brutaux.

                                      Louise et Vincent, tous-deux morts à la tâche,
                                      Auront peuplé le ciel de bienheureux,
                                      Soignants, soignés, qu’un même amour rattache :
                                      Jésus, pour qui l’on embrasse un lépreux.
                            
                                      « Que le Seigneur te donne encor des filles,
                                      Sainte accomplie, Louise de Marillac,
Et notre cœur ne se recroqueville
                                      Mais reste ouvert, comme de Dieu le sac ! »

*

                                                                   Saint-Trophime, janvier 2014


[1] (1591-1660). Fêtée le 15 mars, date de sa naissance au ciel.  Béatifiée en 1920 par Benoît XV, canonisée en 1934 par Pie XI, proclamée patronne des œuvres sociales en 1960 par Jean XXIII.
[2] Le XVIIème siècle, par son renouveau spirituel et par la beauté de sa langue.
[3] Antoine Le Gras à qui l’on l’avait mariée en 1613, mourut de la tuberculose en 1625. Louise l’entoura  jusqu’au bout de ses soins.
[4] Saint-Vincent de Paul, « Toi que l’on disait saint même à la communale » cf. mon hymne LVIII dans  A voir ton ciel… les Editions de St-Trophime, Valensole, 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire