mardi 5 février 2013

HYMNE POUR LA FETE DE SAINTE COLETTE




LXXXVIII

HYMNE POUR LA FETE DE SAINTE COLETTE[1]

Ballade de l’amour fou

                             Sainte Colette à l’unique piété,
                             Sainte Colette au dévorant amour,
                             Petite enfant que Dieu voulut prêter
                             A des parents près du bout de leurs jours[2]
                             Puis s’est gardée pour sa royale cour,
                             Dis, Nicolette, à nos âmes craintives,
                             A nos humeurs parfois dubitatives,
                             Comme il est doux ton permanent carême,
                             Comme il est bon que saintement l’on vive :
                             Qui, sinon Dieu, mérite autant qu’on l’aime ?

                             Pendant trois ans, cette captivité
                             Avec, pour feu, l’autel à contre-jour,
                             T’aura baignée de divine clarté[3].
                             Quand t’apparut François le troubadour,
                             Et sainte Claire, en de pauvres atours,
                             Tous deux craignant leur ordre à la dérive,
                             Ils ont voulu que toi, tu le ravives,                                                             Toi qui connus, sans le moindre dilemme,
                             Qu’être à Jésus vous rend tout sauf captive :      
                             Qui, sinon Dieu, mérite autant qu’on l’aime ?

                             On te croyait vivre en aridité,
                             Ton joug terrible, infiniment trop lourd,
                             Mais ta passion pour le Ressuscité
                             Te soulevait au céleste séjour[4]
                             Et ton habit te semblait du velours.
                             Dieu, t’accueillant déjà sur l’autre rive,
                             Dessous tes pas faisait sourdre l’eau vive[5]
                             Il t’a voulue le plus ardent emblème,
                             La fleur qu’Il offre aux sœurs contemplatives.
                             Qui, sinon Dieu, mérite autant qu’on l’aime ?

Envoi
                            
                             En te fêtant de tendresse votive,
                             Nous ranimons notre flamme chétive.                                                                  Du Christ l’amour ne peut être qu’extrême ;
                             En tes excès, tu n’as rien d’excessive :
Qui, sinon Dieu, mérite autant qu’on l’aime ?

*
                                                                   Guy Jampierre, diacre
 janvier 2013


[1](1381-1447). Grande mystique. Réformatrice de l’ordre des Clarisses. Fêtée le 6 mars.
[2] La mère de Colette, jusque-là stérile, avait 60 ans quand elle l’a mise au monde, après avoir longtemps prié saint Nicolas, d’où le prénom de Nicolette, dont Colette est le diminutif.
[3] Elle se fit murer entre deux contreforts de l’église de Corbie, sa ville natale, sans d’autre lumière qu’une grille donnant sur l’autel. Elle y resta trois ans, jusqu’à l’apparition de saint François et de sainte Claire. 
[4] On a parlé pour elle de lévitation.
[5] On représente Colette près du puits de la Samaritaine, car, parmi les miracles qui lui sont attribués, figure l’alimentation de puits à sec. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire