vendredi 9 novembre 2012

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT LEON LE GRAND




                                                LXXXIV
          HYMNE POUR LA FETE DE SAINT LEON LE GRAND[1]

                                      Il mourait de zizanie
                                      Le bel Empire romain, 
Il était à l’agonie.
                                      Pour le coup, tous les chemins
                                      Sans risque menaient à Rome
                                      Cette envahissante somme
                                      De Vandales et de Huns,
De Wisigoths, de Burgondes.
Des loups rôdant par le monde,
Il n’en manquerait aucun.                 

Seul recours dans la tourmente,
Léon convainc Attila,
Bien qu’elle lui fût béante,
Que jusqu’à Rome il n’allât[2].
Quand les hordes de Vandales
En cette cité dévalent,
                                      De Genséric il obtient
                                      D’épargner  la ville sainte :
                                      Ni feu ni viol ni contrainte ;
                                      De violence on se retient[3].

Pauvre Eglise alors saisie
                                      Des plus graves tremblements !
                                      C’est le temps des hérésies
                                      Déchirant atrocement
                                      La tunique sans couture :
                                      Les uns niant la nature
                                      Divine de Jésus-Christ[4] ;
                                      D’autres[5] disant au contraire
                                      Que de l’homme il n’est le frère,
                                      Que jamais il ne souffrit.

                                      Nous devons à ce grand pape
                                      Du credo l’intégrité
Et que vînt l’ultime étape :
                                      La foi dans sa pureté.
                                      Quand prélats, savants et moines
                                      Fixèrent à Chalcédoine[6]
                                      Que Jésus est homme et Dieu
                                      Sans clivage ni mélange,
                                      On dit que le chœur des Anges
                                      Vibra d’un chant mélodieux.

                                      De la sainte Liturgie
                                      Il fit le premier Missel
                                      Pour que le peuple qui prie
                                      Pleinement se sente au Ciel.
                                      De limpidité parfaite,
Ses sermons pour grandes fêtes,
Qui sont venus jusqu’à nous,
                                      Sont d’une tendresse exquise
Quand, à l’amoureuse Eglise,
Il parle de son Epoux.

                                      S’Il soutient Rome première
                                      C’est pour porter le devoir
                                      De la succession de Pierre                                   
Et non par goût du pouvoir.
Il tient le suprême office
Entièrement au service
Du peuple des baptisés,
                                      Et malgré tous les obstacles
                                      D’une époque de débâcle,
                                      Il est pierre, il est posé.[7]

                                      Du Pasteur  et du fidèle
                                      Dans l’amour du Rédempteur,
Il demeure le modèle.
Serviteur des serviteurs[8],
                                      Saint, Grand, Docteur de l’Eglise[9]
                                      Par la Parole transmise,
                                      Tenant la Croix pour bâton[10],
                                      Véridique et pacifique,
                                      Sur le Siège apostolique,
L’Esprit nous donna Léon.


                                                Guy Jampierre, diacre
                                               Octobre 2012


[1] Pape de 440 à 460, Canonisé. Déclaré Grand. Docteur de l’Eglise.
[2] En 452, lors de la célèbre rencontre de Mantoue, le pape convainc le célèbre conquérant d’épargner Rome sans défense, et que ses troupes se retirent d’Italie.
[3] En 455, le pape obtient de leur chef Genséric que les Vandales qui déferlent sur Rome n’incendient pas la ville et qu’ils ne commettent ni meurtres,  ni viols, ni violences.
[4] Notamment, les Nestoriens acceptaient  que Jésus soit vrai homme, mais qui niaient qu’il fût Verbe de Dieu.
[5] La pensée «  monophysite » du moine Eutychès se voulait différente de celle d’Apollinaire et de Valenstin (les docétistes) mais, comme elle, niait la réelle humanité du Christ, qui ne nous aurait pas été « homoousios », c’est-à-dire consubstantiel.
[6] Le Concile de Chalcédoine, en l’an 451, poursuivit les travaux de ceux de Nicée et de Constantinople. La doctrine christologique qui y fut affirmée, et qui formule notre foi, s’était inspirée d’un écrit de soutien
que le pape avait envoyé au  patriarche de Constantinople, le « Tome à Flavien ».
[7] cf. Matthieu 16 ,18a « Eh bien ! Moi je te dis :tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise… »
[8] Le papes signent souvent διάκονος τον διάκονων, « diacre des diacres » ou « serviteur des serviteurs ».
[9] Saint Léon fut le premier pape à être appelé « le Grand » », et « Docteur de l’Eglise».
[10] cf. Psaume 23, 4 : « Si je traverse les ravins de la mort, …  Ton bâton me guide et me rassure. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire