dimanche 23 septembre 2012

Rentrée paroissiale 2012 - Secteur Paroissial Gréoux

Dans l’évangile lu ce jour, nous voyons les apôtres revenir de leur tournée apostolique et se réunir auprès de Jésus  à qui ils rendent compte de leur action et de leur enseignement. Ils ont fait l'expérience de la force de l'Évangile  mais surtout ils ont expérimenté les résistances, les refus, l'indifférence… C’est bien ce que nous vivons au quotidien. Nous avons cette espérance chevillée au cœur et au corps que Dieu nous aime, que nous avons un avenir, que Dieu est avec nous, mais en même temps nous voyons combien ce message de l’Evangile est mal reçu, travesti, moqué. « L’amour n’est pas aimé » disait Saint François d’Assise.
Pour les apôtres, c’est en quelque sorte le moment important du compte rendu. Ils ont agit et à présent ils font le point avec le maître, avec Jésus : “Ils lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné”  - Établir le bilan d'une action, d'une mission, c'est important pour mieux la comprendre et pour l'améliorer dans les prochaines interventions. Nous le faisons régulièrement en équipe pastorale, dans les conseils, dans les diverses réunions paroissiales. Sans doute pas assez. Il faut y remédier pour toujours être fixé sur le but et nous rappeler qu’en toute chose, c’est le Christ qui à la fois la source, le moyen et le but de notre action.
Beaucoup de chrétiens ont compris combien leur foi serait plus forte s'ils arrivaient à se réunir avec d'autres chrétiens pour en discuter et  partager l'Évangile. C'est déjà le but de la participation à la messe du dimanche : après une semaine vécue au travail et dans notre milieu, nous nous retrouvons le dimanche, en communauté, convoqué par le Christ, devant le Dieu trois fois saint. Est-ce que j'ai alors quelque chose à lui dire ? Quel bilan de ma semaine vais-je lui présenter ?
C’est aussi le but de notre prière quotidienne. Même si nous la faisons seuls, nous sommes en communion avec tous nos frères et sœurs chrétiens. C’est par le Christ que nous faisons une unique prière à la gloire du Père, en y ajoutant nos demandes, nos pardons et nos actions de grâce.
Cette prière culmine dans l’adoration. Ce moment privilégié devant le Saint Sacrement, devant la source de toute grâce, devant celui détermine et oriente toute nos actions. Nous sommes privilégiés ici : beaucoup de nos églises sont ouvertes la journée ; de nombreuses propositions de temps d’adoration sont faites. Comment y répondons-nous ? Que proposons-nous ? Car sans ce face à face, ce cœur à cœur avec le Seigneur, notre action missionnaire, comme notre vie spirituelle,  ne peut pas atteindre toute son ampleur
La mission des apôtres fut très active et ils sont vraiment  fatigués, harassés et ont un urgent besoin de se reposer. Jésus le remarque et leur dit :“Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez vous un peu” Jésus propose à ses amis harassés par le travail un temps de détente, un temps de repos. Jésus veut des hommes, des femmes équilibrés, sereins, paisibles pour travailler à sa mission. 
Pour nous aujourd’hui, deux questions se posent : Sommes-nous réellement harassés par le travail apostolique ? Et aussi, quelle est ma part de calme que je mets volontairement dans mes journées, dans mes semaines ? Qu’est-ce que je fais pour me retremper par la lecture et la prière dans l'intimité du Christ Sauveur. Vous le savez bien, la mission n’est pas réservée à une élite. L’Eglise est par nature missionnaire et chacun de ses membres, selon sa vocation et ses possibilités, doit et peut y participer. Mais le temps appartient à Dieu qui l’a créé. Et il convient, si nous voulons réellement vivre et témoigner, de prendre le rythme de Dieu et d’adopter sa conception du temps : « Aux yeux du Seigneur, dit Saint Pierre, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour. Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, il fait preuve de patience envers nous, voulant qu'aucun ne périsse mais que tous parviennent à la repentance ».
C’est pourquoi le Seigneur invite à venir à l'écart, dans la solitude pour se reposer ! La vie intérieure exige le recueillement. L'agitation extérieure n'engendre rien de bon. Toute vie sérieuse oscille entre  des temps d'activité au dehors et des temps de réflexion à l'intérieur : revenir aux pieds du Seigneur, auprès de celui qui est chemin, vérité et vie pour mieux repartir et être, dans le monde, vrai fils de la lumière. Il n'y a pas de vie chrétienne solide sans ce double rythme : la vie intérieure et l'activité extérieure.
Se retirer dans l'intimité avec Jésus, ce n'est jamais se couper des autres, eux-mêmes viendront nous chercher. Quand Jésus voit que la foule les avait rejoints, il ne la renvoie pas. Il voit ce qu'il lui manque. Il a pitié de cette foule. Prier nous rend plus attentifs aux autres pour mieux remarquer leurs besoins réels et mieux y répondre.
Ecoutons le pape Benoît XVI qui disait il y a quelques jours aux évêques de l’Ouest de la France« L’évangélisation demande de partir de la rencontre avec le Seigneur, dans un dialogue établit dans la prière, puis de se concentrer sur le témoignage à donner afin d’aider nos contemporains à reconnaître et à redécouvrir les signes de la présence de Dieu. »
Certains d’entre nous pourraient penser que ce qui vient d’être dit n’est pas assez dynamique pour une rentrée paroissiale. Pourtant, ne nous y trompons pas : notre dynamique à nous, c’est le Christ. C’est lui notre raison de vivre et d’agir car c’est vers lui que nous allons tous. Notre projet pastoral, défini par le Christ lui-même, c’est la mission, l’annonce de la Bonne Nouvelle du salut. Notre force, notre énergie, notre désir, c’est encore le Christ, que nous trouvons dans la prière et tout particulièrement l’adoration.
« J’ai moi-même été saisi par le Christ Jésus » écrit Saint Paul aux Philippiens. Eh bien qu’il en de même pour chacun d’entre nous. « En contemplant le visage crucifié et glorieux du Christ et en témoignant de son amour dans le monde, que nous ravivions le désir d'une vie évangélique plus intense pour élargir les horizons du dialogue et de la mission.
Que chacun de nous garde précieusement dans son cœur cette parole que Dieu lui a adresse personnellement aujourd'hui. Entendons l’appel du Christ à ses apôtres comme à chacun d’entre nous : Après t’être reposé en moi, « Avance au large ». Amen.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire