vendredi 14 septembre 2012

HYMNE A NOTRE DAME DES DOULEURS



 LXXXII

HYMNE A NOTRE DAME DES DOULEURS


                             Vierge Marie,  déjà le cœur saignant
                             Quand fus promise  au plus cruel des drames,
                             Quand Syméon t’apparut le voyant
De cette épée qui percerait ton âme ![1]
Nous te louons, Mère des sept douleurs !

Vierge Marie, pour sauver ton enfant
                             Qui dus refaire à contre sens l’Exode,
                             Sainte maman de tous les innocents,   
                             Partout secours les victimes d’Hérodes !
                             Nous t’en prions, Mère des sept douleurs !

                             Vierge Marie, Jésus soudain perdu
                             Te fait subir une effrayante angoisse,
                             Mais quand au Temple[2] ils l’eurent entendu, 
                             Tu te soumets : tes reproches s’effacent.
                             Nous t’admirons, Mère des sept douleurs !

                             Vierge Marie ! Lui qui devait régner[3],
                             Ton divin Fils, voilà qu’ils s’en emparent :
                             Tu sens les coups dont ces fous l’ont cogné.
                             Leur injustice immensément t’effare.
                             Nous te plaignons, Mère des sept douleurs !

                             Vierge Marie, rien n’entame ta foi :
                             Sur le Calvaire où le diable nous hante,
                             Malgré ce glaive aux formes d’une croix
                             Du Dieu Très-Haut, tu restes la servante.
                             Nous t’admirons, Mère des sept douleurs !

                             Vierge Marie, Jésus, mort, descendu…
                             Jusqu’au tréfonds, tu vois du mal le gouffre,
                             Stabat Mater, et le monde perdu…
                             Rends l’Espérance aux fidèles qui souffrent,
                             Nous t’en prions, Mère des sept douleurs !

                             Vierge Marie, debout, face au tombeau,
                             Dans la souffrance et non pas dans le doute,
                             Toi du salut qui porta le flambeau,
                             Pour nous avoir ainsi tracé la route,
                             Nous te louons, Mère des sept douleurs !

                                                          *

                                                                   Guy Jampierre, août 2012




[1] cf. La présentation au Temple, Luc 2, 33-35
[2] cf. Jésus parmi les docteurs, Luc 2, 41-50
[3] cf. Luc 1, 32-33 « Il sera grand, il sera appelé Fils du Très Haut. Le Seigneur lui donnera le trône de David, son père ; il règnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire