vendredi 8 juin 2012

La Fête-Dieu



A l’origine de cette fête, une religieuse belge, dont le confesseur devint le pape Urbain IV: sainte Julienne de Mont-Cornillon (1192-1258).  La religieuse reçut une vision, à la suite de laquelle elle demanda l’instauration d’une fête en l’honneur du Saint-Sacrement. Cependant, les obstacles furent nombreux avant que la Fête-Dieu n’ait été introduite dans son diocèse.

Urbain IV l’étendit ensuite à toute l’Eglise, six ans après la mort de la sainte, par la bulle « Transiturus de hoc mundo » en 1264. Le pape confia la rédaction de textes liturgiques à saint Thomas d’Aquin, auquel on doit notamment les prières du « Lauda Sion » et du « Pange Lingua », duquel est extrait l’hymne du « Tantum ergo », chanté généralement lors d’une adoration eucharistique.

A Rome, c’est seulement à la fin du XVe siècle, sous Nicolas V, que l’on commença à célébrer la fête par une procession de Saint-Jean du Latran à Sainte-Marie Majeure. La tradition s’est ensuite maintenue pendant trois siècles. Mais en 1870, année de la prise de Rome, l’usage est tombé dans l’oubli. La tradition de cette procession au cœur de Rome a été reprise par Jean-Paul II dès sa première année de pontificat, en 1979.

La date du jeudi après l’octave de la Pentecôte, qui avait été confirmée par le pape Clément V en 1314, a été maintenue à Rome, mais certaines conférences épiscopales ont reporté la célébration au dimanche suivant, pour des raisons pastorales (c’est le cas notamment en France).

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer