mardi 3 juillet 2012

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT THOMAS APOTRE



LXXX

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT THOMAS APOTRE


                             Tu n’as pas cru ce que t’ont dit tes frères
                             (Comme eux non plus n’avaient pas cru vos sœurs),
                             Entier Thomas, généreux, téméraire,
                             Toi qui voulais braver ses agresseurs ;

                             Tu n’as pas cru Jésus dans sa promesse
                             Qu’après sa mort il ressusciterait,
                             Ni qu’il laissait cette nouvelle adresse :
                             « Allez au Père et vous me trouverez ! »

                             Tu n’as pas cru, tant que tes yeux ne virent
                             Jésus venu te prendre au dépourvu
                             Et, souriant, à travers toi nous dire :
                             « Heureux celui qui croit sans avoir vu ».
                  
                             Pauvre Thomas, la superbe en déroute,
                             Où sont passés tes grands excès de voix ?
                             Non ! Tu n’es pas le saint patron du doute :
                             Tu es celui de la plus belle foi !

                             Tu dus répondre à cette invitatoire :
                             « Es-tu témoin que j’étais sur la croix ? »
                             Nous, nous n’avons nulle raison de croire
                             Qu’en lieu des clous tu mis vraiment le doigt.
                  
                             Il t’a sauvé de la pire tempête
                             Qui t’éloignait du Miséricordieux.
                             Et c’est l’Esprit qui sur tes lèvres jette
                             Ce cri d’amour : « mon Seigneur et mon Dieu. » !

                             D’avoir ainsi reconnu l’Adorable
Sois-tu béni, Thomas, notre jumeau !
Ta profession nous est incontestable :
                             La foi pascale est faite de tes mots !

                                                          *
                                                                   Guy Jampierre, diacre,  mai 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire