samedi 26 mai 2012

FETE DE SAINT PHILIPPE NERI




LXXVIII

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT PHILIPPE NERI

Qui dit que l’Eglise à Trente[1] était triste ?
                             Qui n’en retiendrait que l’austérité ?
                             A ton bel humour, dis-nous, qui résiste ?
                             Ce jour, c’est ta joie que l’on veut fêter.

                             Vif, infatigable au divin service,
                             Avec plus d’ardeur qu’en ont les fourmis,
                             On te vit bâtir l’asile et l’hospice
Pour ceux dont Jésus fut le seul ami[2].

                             Dieu t’avait fait don d’aimer sa Parole
                             Et d’en faire aimer l’heureuse splendeur.
                             L’Evangile en toi tenait son école,
                             Tu avais les mots du Consolateur.

                             Quand tu célébrais, tes longues extases
                             Laissaient quelque peu l’auditoire inquiet :
Sur l’autel ta chatte au pied des saints vases,
                             Mendiait caresse et te réveillait.[3]

                             Naquit l’Oratoire[4] et, dans sa lumière,
                             Plus proche apparut le Dieu Créateur.
                             Ton humanité fit qu’en plus de Pierre
                             Rome t’a choisi comme protecteur.

                             Nous fêtons ce jour, ami saint Philippe,
                             Pour vivre en la joie ta naissance au Ciel.
                             Tristesse et chagrin là-haut se dissipent :
                             Le divin sourire est un arc-en-ciel.

                                                          *
                                                                                    Guy Jampierre, diacre, mars 2012        


[1] L’église « tridentine », réformée par le Concile de Trente (1545-1563).
[2] Philippe Néri fonda successivement une maison de convalescence pour les malades, un centre de secours pour les pèlerins pauvres, le premier établissement pour  malades mentaux, une école et un collège pour les enfants défavorisés les plus capables.
[3] On raconte aussi que saint Philippe lisait à l’autel un livre d’histoires drôles pour se sortir de ses engourdissements mystiques.
[4] Philippe Néri (1515-1595) est le fondateur de l’ordre des Oratoriens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire