lundi 16 avril 2012

HYMNE A SAINTE BERNADETTE

                     
HYMNE A SAINTE BERNADETTE

                   «Merci, petite enfant de lointaine Bigorre,
                   Fille de la souffrance et de la pauvreté,
                   Toi que l’orgueil méprise, et que la Dame honore
                   D’une inimaginable et douce intimité ;
                   Merci de nous offrir le rosaire et le cierge
                   Et la source et la grotte où la très Sainte Vierge
                   Invite au repentir la folle humanité.»
                  
                   « Tu as été choisie pour être confidente
                   De la Reine du Ciel, et pour nous révéler
                   Celle qui du Seigneur s’est dite la servante         
                   Et dont le jour sur terre était immaculé.
                   Te l’a-t-on fait payer ce fameux privilège !
                   A-t-on pour te salir tendu piège après piège !
                   Toi qui, d’arme, n’avait qu’un simple chapelet…»

                   «Tu l’égrainais comme Elle et sur ton beau visage
                   La foule devinait Ses tendres sentiments :
                   Ici l’immense paix, là d’effrayants orages 
                   Quand Elle s’attristait de tous nos errements.
                   Toi qui bus la première à l’eau de Massabielle
                   Et qui, pourtant, souffrit d’horribles écrouelles,
                   Tourne vers nous tes yeux, miroirs du firmament !»

                   «Maintenant qu’à jamais le bonheur s’y reflète
                   Et l’amour infini de la Mère de Dieu, 
                   Offre-nous ton regard, ô sainte Bernadette ;
                   A sourire apprends-nous         quand vivre est fastidieux.
                   Toi, pauvre de santé, qui soignais les malades,
                    Bénis des brancardiers la pieuse croisade                     
                   Soulevant l’étendard du Miséricordieux.»

                   «Implore Dieu pour eux, pour tous ceux qu’ils transportent,
                   O toi, de cœur modeste et de langage hardi,
                   Demande-Lui pour nous qu’il ouvre grand les portes
                   Par où, d’amour, Marie, à Lourdes descendit
                   Comme un inégalable et charnel tabernacle,
                   Elle qui t’a donné, prémices des miracles,
                   Rendez-vous dans la grotte avec le paradis !»
                                                 
                                                Guy Jampierre, diacre, docteur en théologie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire