jeudi 8 mars 2012

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT JEAN DE DIEU



                                                XL

              HYMNE POUR LA FETE DE SAINT JEAN DE DIEU


                   Frère saint Jean de Dieu, dis-nous tes aventures, 
                   Toi, tour à tour berger, soudard, déambulant,
                   A qui rien ne manqua de ce qu’une âme endure
                   Quand l’astre qui la guide est sombre et violent ;
                   Dis-nous ce qui t’a pris quand un sermon d’Eglise[1]
                   Te fit soudain jeter pantalon et chemise
                   Et bondir jusqu’à Dieu d’un gigantesque élan !

                   Frère sait Jean de Dieu, dis, c’était quoi, l’envie
                   Que chacun te crût fol et que l’on t’enfermât ?
                   Est-ce ainsi qu’il fallait ta sagesse assouvie :
                   Pauvre autant que le pauvre et vide d’estomac,
                   Heureux du bois glané vendu de porte à porte,
                   Heureux des indigents que sur ton dos tu portes
                   Et dont tu veux guérir et l’âme et l’eczéma ?

                   Frère saint Jean de Dieu, dis-nous le grand mystère
                   Qui fait que si le don de raison nous grandit,
                   Ce n’est pas le  bon sens qui fait tourner la terre
                   Ni rendre l’espérance à qui se sent maudit ;
                   Non, c’est, fou comme Dieu, servir, aimer sans cesse,
                   Se recouvrir d’opprobre et crier d’allégresse,
                   Et, si près de l’enfer, ouvrir le paradis.

                    Frère saint Jean de Dieu, dis-nous : comment te suivre ?
                   Comment rend-on noblesse aux objets de mépris ?
                   Achète-t-on le monde en piécettes de cuivre ?
                   Oh ! Oui ! Refais en nous  ce que tu entrepris
                   Pour tous les malheureux qui souffraient à Grenade ;
                   Fais que ton lazaret montre à nos cœurs malades,
                   Frère saint Jean de Dieu, comme on aime le Christ.

                                                     *
                                                                             Guy Jampierre, diacre
                                                                              février 2009


[1] Sermon du Père d’Avila, le jour de la Saint-Sébastien, suite auquel Jean de Dieu courut nu dans la ville de Grenade, annonçant la Bonne Nouvelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire