dimanche 18 mars 2012

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT CYRILLE DE JERUSALEM



LII

HYMNE POUR LA FETE DE SAINT CYRILLE DE JERUSALEM[1]

                                      Jérusalem, en fait, un pauvre siège !
                                      Pour un évêque, un sombre crève-cœur !
                                      User sa vie à déjouer des pièges
                                      Et de l’exil connaître les rigueurs[2]

                                      « Ta foi, Cyrille, attisait ton courage.
                                      Il en fallait : sec n’était pas le sang
                                      Versé partout d’antichrétienne rage
                                      Par des Césars[3] au règne pâlissant. »

                                      « Nous te devons notre âme ressaisie :
                                      Sois-tu loué d’avoir tant réfuté                           
                                      La déferlante et maligne hérésie
                                      Niant le Christ en sa divinité[4] ! »

                                      « En relisant tes saintes catéchèses
                                      Nous nous sentons de tes illuminands[5] :
                                      L’inquiétude en nos âmes s’apaise,
                                      La mort du Christ est notre enfantement. »

                                      « Le Saint Sépulcre est là, qui sert d’école[6] ;
                                      L’Anastasis[7] en est le tableau noir
                                      Et quand ta voix sonne sous la coupole
                                      La Vérité ne craint plus d’éteignoir. »
                            
                                      « Lorsque la Croix se posa sur la ville[8]
                                      Ainsi qu’un pont qui rejoint terre et Ciel,
                                      Ne vit-on pas que l’évêque Cyrille
                                      Avait, de grâce, un don providentiel ? »

                                      «  Et cependant, tristesse est ta pitance :             
                                      Tu vois la foi sans cesse à rebâtir,
                                      Comme si vaine était notre espérance
                                      Et vain le sang qu’ont semé les martyrs. »

                                      « Mais tu conduis des rites aux mystères
                                      Et du mystère au vécu quotidien.
                                      Croire, pour toi, c’est le « oui » salutaire
                                      Et ce qui fait la force des chrétiens[9]. »

                                      « Reviens à nous ! Prêche-nous ce carême !
                                      Fais nous vibrer de ton enseignement !
                                      Fais nous revivre, en esprit, le baptême
                                      Un jour reçu, pour éternellement… »

*
                                                                  
                                                                   Guy Jampierre, diacre
                                                                         février 2010 



[1] (circa 315 † 387) Evêque de Jérusalem. Prédicateur de remarquables catéchèses. Proclamé docteur de l’Eglise en 1883, par Léon XIII.
[2] Saint Cyrille a dû par trois fois quitter son siège, de 357 à 359 ; de 360 à 362 et de 367 à 379, en raison de son opposition à l’arianisme.
[3] On pense notamment aux persécutions sous Dioclétien, à partir de l’an 303, qui furent féroces, surtout en Orient.
[4] L’arianisme,  soutenu par des empereurs et par nombre d’évêques, fut la lèpre des premiers siècles chrétiens.
[5] Les illuminands étaient ces candidats au baptême de Pâques, qui recevaient d’abord la « procatéchèse » comme ouverture à leur initiation.
[6] C’est dans le Saint-Sépulcre que Cyrille prêcha ses célèbres catéchèses.
[7] Anastasis (du mot grec signifiant résurrection) est la partie du saint Sépulcre comprenant le tombeau du Seigneur.
[8] On rapport que le jour de Pentecôte (7 mai) 351, vers le 3ème heure, une grande Croix apparut dans le ciel de Jérusalem, allant du Calvaire au Mont de Oliviers. Elle fut vue par tous et resta plusieurs heures à estomper les rayons du soleil.
[9] Cyrille dit que le mot foi se rapporte à l’assentiment aux vérités du dogme, ma is aussi au don de l’Esprit, qui leur distribue  aux chrétiens leurs charismes, et leur fait soulever des montagnes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire