mardi 6 mars 2012

HYMNE AUX SAINTES FELICITE ET PERPETUE



                                     
                                                 XXVIII[1]

                   HYMNE AUX SAINTES FELICITE ET PERPETUE

                             Ainsi qu’à Saturninus et Secundulus, esclaves catéchumènes                                                et  Saturus, le catéchiste, leurs frères dans le martyr.


                   « Que nous sommes petits devant votre courage
                   Vibia Perpétue, et toi, Félicité,
                   Vous qui donniez la vie et que la mort saccage
                   Dans les tout premiers temps de la maternité ! 
                   L’une était patricienne et l’autre était esclave :
                   Vous aviez même don d’aimer Dieu sans entrave,                                              
                   Vous étiez les deux sœurs du Maître en pauvreté. »

                   « Rome s’était durcie, cruelle était Carthage
                   Où qui rêvait du Christ au cirque était promis,            
                   Où qui du doux Jésus suivait l’apprentissage
                   Etait gibier du reître et du peuple vomi.
                   Es-tu chrétienne ? – Oui ! Et la cause était dite…
                   Mais vous changez l’arène en Jardin des Mérites ;                           
                   Le flot de votre sang tombe comme un semis. »  

                   « Que nous sommes petits devant ce témoignage
                   Nous qui aimons Jésus d’un cœur par trop étroit,
                   Qui trouvons à la peur toujours quelque avantage,
                   Qui sommes, de voir Dieu, tièdes ou même froids !
                   Faites, ô saintes sœurs, que l’on se scandalise
                   De voir, faute de joie,  se moisir des églises
                   Et des hommes de Dieu n’osant porter la croix. »

                   « Que nous sommes petits devant vous, saintes femmes,
                   Nous qui sacrifions aux nouveaux dieux païens :
                   Le culte de l’argent, le faux confort de l’âme,
                   Le bonheur frelaté que le vice entretient,
                   Et le commode oubli qu’il est des lieux sur terre
                   Où sévissent encor des Septimes Sévères,
                   Que sous des cris haineux périssent les chrétiens.»

                   « Jeunes roses fauchées, bienheureuses martyres
                   Votre Eglise en ce jour nous fait ressouvenir      
                   Que ce n’est que d’Esprit que nos poumons respirent,
                   Que, mieux que vivre en  Dieu, rien ne peut advenir.
                   Martyres consommées, martyres avérées,
                   Comme des lys des champs par la Vierge parées,
                   En votre sainteté faites-nous rajeunir. »
                                               

                                                *

                                                                   Guy Jampierre, diacre
                                                                                    docteur en théologie



[1] Les hymnes I à XXVII figurent dans le premier recueil de poésie religieuse Seigneur, ouvre mes lèvres…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire