mercredi 22 février 2012

Lettre de carême, 2012



Chers paroissiens et amis dans le Christ,

Nous voici entrés en Carême. Mais que savons-nous réellement de ce temps de purification et de libération que nous revivons chaque année ? Cette période nous semble rude et tout orientée sur le péché. Nous aurions hâte que le Carême se termine pour aller directement dans la lumière de Pâques. Et nous aurions tort, car nous ne pourrions pas entrer totalement dans le mystère pascal et vivre toute la profondeur et la beauté de Pâques.

Alors pour mieux comprendre ce temps dans lequel nous entrons, je vous propose quelques expressions de Saint Léon le Grand (pape et docteur de l’Église + 461). Il qualifie le Carême comme un « service plus empressé du Seigneur », une « compétition de saintes œuvres », un « stade où l’on combat par le jeûne », un « accroissement de toute la pratique religieuse », un « temps où la guerre est déclarée aux vices, où s’accroît le progrès de toutes les vertus », un « entraînement de quarante jours », les jours « plus spécialement marqués par le mystère de la restauration humaine », etc. Autant d’expressions qui suggèrent les idées d’exercice, de lutte, de ferveur religieuse, d’espérance aussi. Quelle perspective !

C’est pourquoi, nous devons vivre ce Carême dans la joie et avec enthousiasme. Un temps nous est donné pour prendre les moyens de nous libérer de tout ce qui nous éloigne du Seigneur et de son amour. Et ces moyens (jeûne, prière, partage), c’est Dieu lui-même qui nous les donne et qui, si nous nous en remettons à sa grâce, les rend efficaces. Alors pourquoi rechigner devant la conversion, pourquoi résister à l’Amour, pourquoi restreindre nos efforts ? Engageons-nous avec ardeur et réjouissons-nous,  car le Seigneur veut lui-même travailler en nous afin de nous faire vivre dans le vrai bonheur. Il veut aussi, au terme de ce carême, nous envoyer dans le monde, comme les disciples après la Résurrection, pour être témoins des merveilles de Dieu et engager  tous ceux que nous rencontrerons, sur le chemin de la vérité et du véritable bien-être.

Serons-nous prêts à être envoyés ? Serons-nous aptes à être ses missionnaires ? Voulons-nous réellement faire connaître au monde le bonheur qu’il y a d’être chrétiens ainsi que la joie profonde et sans limite de vivre avec le Seigneur tout en nous préparant à l’éternité ?

Quelques moyens plus particuliers sont proposés dans notre paroisse pour vivre ce carême :
-          Une récollection (petite retraite) de deux jours (3/4 mars) chez les Sœurs Coopératrices  de Valensole sur le thème de l’Eau vive et la Samaritaine (s’inscrire d’urgence).
-          Des groupes de réflexions et de prière qui se composent librement, avec, pour fil conducteur, le livret interdiocésain sur le Concile Vatican II (indications pratiques au dos de cette lettre, sur la feuille de semaine, sur le blog).
-          Dans le diocèse de Toulon, la neuvaine à Saint Joseph avec le livret de préparation à la consécration.
-          Comme dans le temps « ordinaire », il y a les temps d’adoration dans les églises de notre secteur, ainsi que les permanences pour les confessions (sacrement de réconciliation - voir jours et heures  feuille de semaine et blog).
-          Dans la semaine précédant les Rameaux (26 – 31 mars), nous ferons une « tournée générale » des paroisses, comme avant Noël, pour proposer : temps de prière, sacrement de réconciliation (confession) et messe.
-          Plus d’autres initiatives ou activités habituelles qui vous seront rappelées au fur et à mesure du Carême dans la feuille paroissiale et sur le blog de la paroisse.

Il faut se réveiller par l’attention, se reprendre en main par la résolution, se regarder dans la vérité, se reconnaître dans l’humilité, prier dans la confiance. Ces expression de Saint Léon le Grand sont toujours actuelles et peuvent être une feuille de route pour, durant ce Carême, combattre le péché, renouveler notre foi, raviver notre espérance, « En vérité, la pénitence du Carême, toute pénible qu’elle soit par sa continuité qui ne doit point se relâcher, débouche sur la lumière, sur la grande lumière de Pâques ; déjà elle fait partie du ‘mystère pascal’ ».

Bon et saint carême, dans la paix et la joie. Ensemble, nous soutenant les uns les autres, prenons les moyens d’avancer avec  passion  dans ce Carême, pour êtres prêts à recevoir l’illumination de Pâques et à en témoigner avec ardeur.
Père Charles HONORE, curé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire