mercredi 22 février 2012

HYMNE POUR LE MERCREDI DES CENDRES



LI

HYMNE POUR LE MERCREDI DES CENDRES

                                                                   Memento, homo, quia pulvis es
                                                                                 et in pulverem reverteris


                             Le signe de ta Croix, que trace un peu de cendre
                             Pour lessiver nos fronts d’un persistant orgueil,
                             Nous  emmène au Calvaire et nous fait entreprendre
                             Le cœur couvert d’un sac, quarante jours de deuil.

                             La chair que nous choyons sans toi n’est que poussière ;
                             S’il ne ressemble au tien, nul visage n’est beau ;
                             Si ce n’est d’être à toi, fierté n’est que grossière.
                             Triomphante beauté n’est que poudre au tombeau.

                             Dessus nos fronts signés des cendres du carême
                             C’est ta main qui se pose en geste de pardon.
                             Ton heureuse Passion[1] prouve que Dieu nous aime,
                             Et qu’un pécheur a tort de croire à l’abandon.       

                             Ainsi fertilisés des cendres du vieil homme,
                             Soyons, dans ton amour, les fleurs d’un autre Eden.
                             Oui ! Nous pouvons rêver d’éclore en ton Royaume
                             Avec cette  poussière  en guise de  pollen.
                  
                             Souffle l’Esprit, Seigneur, sur notre pauvre argile,
                             Et que ta charité soit le sang de nos mains :
                             Pénitents convertis en croyant l’Evangile[2],
                             Nous porterons au monde un peu de ton jasmin.

*
                                                                             Guy Jampierre, diacre
                                                                      Janvier 2010



[1] Heureuse pour nous.
[2] La formule usuelle pour l’application des Cendres est : « Convertissez-vous, et croyez à l’Evangile ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire