mardi 7 février 2012

HYMNE DE LA PRESENTATION



          IV

HYMNE DE LA PRESENTATION[1]
 
L’enfant divin que les anges contemplent,
                   Joseph, Marie, l’ont porté jusqu’au Temple :
                   – Tout premier né se rachète de Dieu −
                   Faute d’agneau, deux pauvres tourterelles !
Pourquoi, soudain, cette scène usuelle ?
Du Fils, le Père était-il oublieux ?

                   − « Je l’ai voulu, tout ça n’est point factice :
Il fallait bien faire toute justice,
                   De même, un jour, le baptême au Jourdain…[2]    
                    Il fallait bien, au Temple où l’on m’adore,
                   Que cet enfant humainement m’honore,
                   Qu’on me présente un ange incarnadin.

                   « Vieux Syméon peut s’endormir tranquille :
                   Jérusalem, ma colline et ma ville,
Verra ce jour qui brise les tombeaux.
C’est notre Fils dont Marie fait l’offrande ;
                   De cet enfant il faut que tout dépende :
                   Voici l’agneau, berger du grand troupeau ! »

                   Joie de Noël à la crèche ne cesse,
                   Ce beau bébé, Anne la prophétesse
                   En parle à tous comme du Rédempteur.
                   Louange à Dieu, grâce pour ses miracles ;
                   Un Temple neuf, un nouveau tabernacle :
                   Ce doux Jésus qu’elle tient sur son cœur.

                                                 *
                                     
                                                                             Guy Jampierre
                                                                   Saint-Trophime, décembre 2005



[1] cf. Luc  2, 22-40
[2] cf. Matthieu 3, 13-15

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire