samedi 6 août 2011

Les finances paroissiales dans le rouge


La quête du 15 août, dans notre diocèse, est tradition-nellement réservée au DENIER DE L’EGLISE. Vous êtes invités à lire attentivement la lettre de l’évêque de Digne, Mgr LOIZEAU, qui vous a été distribuée aux messes. Merci de la réponse que vous pourrez y apporter.

C’est un appel semblable, quoiqu’un peu différent, que je vous lance aujourd’hui en tant que curé du Secteur paroissial de Gréoux-les-Bains Lavandes-Var-Verdon. Je viens d’avoir connaissance du bilan  financier de notre Secteur pour les six premiers mois de l’année : il est très mauvais. Recettes en nette baisse, dépenses courantes en hausse. Si l’on continue ainsi, on ne pourra pas finir l’année…


Quelques explications.

Pour les dépenses d’abord : depuis un an, c’est une grande équipe sacerdotale et religieuse qui est au service du Secteur paroissial. Il faut assurer à tous logement, électricité, chauffage. Les activités paroissiales ont augmenté et avec elles l’utilisation et le chauffage des locaux de la maison paroissiale Saint Pierre, des presbytères de Valensole et de Vinon. Du coup les factures d’électricité et de gaz sont en forte hausse. Les déplacements en voiture des membres de l’équipe sont nombreux pour aller à la rencontre de chacun d’entre vous. Les voitures coûtent chers. Nous avons fait un effort pour l’information. Et tant d’autres choses. Tout cela a un coût : c’est logique. La mission ne peut s’accomplir gratuitement.

Pour les recettes ensuite : le produit des troncs des cierges est en baisse importante un peu à cause de la crise, mais aussi du vol de personnes indélicates. Nous remédions à ce dernier point. Les quêtes des messes du dimanche rapportent moins. Aucune subvention ne nous est accordée comme vous le savez bien et nos seules ressources, pour l’instant, sont les troncs et les quêtes du dimanche. Tout ce qui est recueilli par ailleurs (dons à l’occasion de la célébration d’un sacrement, quêtes des obsèques, messes) retourne par un biais ou un autre dans nos  deux évêchés et sert à payer une partie du traitement des prêtres et religieuses. Au bout de mois, il ne nous en reste guère !

Chacun a sans doute du mal à se rendre compte des frais incompressibles dans une paroisse si grande. Certains penseront que le train de vie des membres de l’équipe est trop important : je peux vous assurer qu’il n’en est rien. Par exemple, la photocopieuse et le reprocopieur ont besoin  de réparations ; cela attend depuis six mois.  On me réclame des moyens pour le catéchisme et l’aumônerie : et je ne peux rien faire…

J’ai déjà pris des mesures de restrictions importantes. Et tous dans l’équipe sacerdotale et religieuse, nous consentirons de gros efforts. Mais je compte aussi sur vous, sur votre générosité, sur votre compréhension. Le nouveau conseil économique du Secteur dont la composition sera officielle 15 août 2011 se saisira de cette question et cherchera avec moi les moyens de remédier au plus vite à cette situation périlleuse. Des propositions seront faites. Mais déjà, je vous invite tous et toutes à montrer concrètement votre générosité. C’est un investissement pour l’avenir. C’est une participation concrète à la mission. C’est une manière aussi de vire la solidarité chrétienne. Merci de tout cœur.                             Père Charles HONORE, curé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire