mercredi 6 octobre 2010

Réflexions pour préparer la journée de la Mission universelle de l’Eglise, le dimanche 17 octobre



Le moteur de l’évangélisation c’est l’Eucharistie, car l’évangélisation, ce n’est pas une « compétition »
ROME, Lundi 4 octobre 2010 (ZENIT.org) L'évangélisation, ce n'est pas entrer en « compétition » avec d'autres influences à vaincre, mais répondre au devoir d'annoncer l'Evangile. «L'affaiblisse-ment de l'esprit missionnaire n'est pas tant dû à des limites ou des carences des forces extérieures de l'action mission-naire traditionnelle, mais à l'oubli que la mission doit se nourrir d'un noyau plus profond, qui est l'eucharistie ».

Le pape a invité les évêques à faire redécouvrir aux bap-tisés leur « responsabilité profonde » qui est d'annoncer l'Evangile, plutôt que de se limiter à étudier de nouvelles méthodes pour rendre le message du Christ « attirant ». La mission ne saurait se limiter à une « simple recherche » de nouvelles techniques ou de moyens pour rendre l'Eglise plus attirante et en mesure de vaincre la compétition avec des groupes religieux ou des idéologies relativistes ».

« L'Eglise, souligne le pape, ne fonctionne pas pour elle-même : elle est au service de Jésus Christ, elle existe pour faire en sorte que la Bonne nouvelle soit accessible à toutes les personnes ». Même si les hommes peuvent être sauvés par « d'autres moyens, grâce à la miséricorde de Dieu », il est cependant impossible de penser pouvoir être sauvé si, « par négligence, peur, honte ou pour suivre des idées fausses », on est un obstacle à l'annonce de l'Evangile.

Et à propos de la liberté religieuse, qui s'oppose à toute contrainte dans le domaine de la foi, le pape a cité ces paroles de Paul VI dans « Evangelii nuntiandi »: « Ce serait une erreur que d'imposer quelque chose à la conscience de nos frères. Mais proposer à cette conscience la vérité évangélique et le salut en Jésus Christ avec une pleine clarté et dans le respect absolu de leurs opinions libres (...) loin d'être une atteinte à la liberté religieuse, c'est un hommage à cette liberté ».

Paul VI se demande si « seuls le mensonge et l'erreur, la dégradation et la pornographie auraient le droit d'être proposés, et souvent, hélas, imposés par la propagande destructrice des mass media, par la tolérance des lois, par la timidité des bons et la témérité des méchants ? » Il conclut : « Plus qu'un droit, cette façon respectueuse de proposer le Christ et son Royaume, est un devoir de l'évangélisateur ».

Benoît XVI rappelle par conséquent que « l'appel à la mission » ne s'adresse pas exclusivement à un « groupe sélectionné de membres de l'Eglise », mais est « un impératif pour tous les baptisés, un élément essentiel de leur vocation ». Il faut « réveiller la conscience des chrétiens » comme « disciples et missionnaires ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire