vendredi 6 août 2010

L'Assomption



L'Assomption de la Sainte Vierge est une participation à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la résur-rection des autres chrétiens: la Liturgie byzantine du 15 août le dit bien : « .Dans ton enfantement tu as gardé la virginité, dans ta dormition tu n'as pas quitté le monde, ô Mère de Dieu: tu as rejoint la source de la Vie, toi qui conçus le Dieu vivant et qui, par tes prières, délivreras nos âmes de la mort »…

…En Marie, c’est toute l’humanité rachetée qui est associée au plan divin et qui est appelée à participer activement à ce mystère de la Rédemption : « J’achève en mon corps ce qui manque à la Passion du Christ » dit saint Paul. Marie est vraiment notre modèle parce qu’elle est la parfaite réalisation de la création ; elle correspond réellement au désir de Dieu sur chacun d’entre nous… Par sa disponibilité, son accueil, son ouverture à la grâce de Dieu, elle nous montre le chemin du bonheur et de la gloire.

Nous voulons vivre pleinement ? Nous voulons être des hommes et des femmes accomplis ? Nous désirons le bonheur ? Regardons Marie qui nous en montre le che-min. Contemplons l’œuvre de Dieu en elle. Suivons l’ exemple de sa foi et de sa disponibilité. Soyons éga-lement des hommes et des femmes de l’attente, et Dieu, par Marie, nous comblera au-delà de nos espérances.

En ce jour de la solennité de l'Assomption de la Sainte Vierge Marie au ciel, ne cherchons pas d’autre signe que le «signe grandiose qui apparaît au ciel», et dont parle l' Apocalypse. Contemplons Marie, «signe d'espérance as-surée et de consolation devant le Peuple de Dieu en pè-lerinage». Oui. Le chemin de Marie est le vrai chemin de la sainteté. Elle est si proche de Dieu qu’elle ne désire que son plaisir. Si nous la suivons, nous ne pouvons nous perdre. Elle nous conduit vers le Dieu trois saint, en qui elle trouve toute sa joie. Comme dit le Concile Vatican II, « Elle continue d'intercéder auprès de son Fils dans la communion de tous les saints, jusqu'à ce que toutes les familles des peuples, qu'ils soient déjà marqués du nom de chrétiens ou qu'ils ignorent encore leur Sauveur, soient rassemblés dans la paix et la concorde en un seul Peuple de Dieu à la gloire de la très sainte et indivisible Trinité ».                                       Extraits d’une homélie pour 15 août

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire