samedi 24 juillet 2010

Prière de Saint Augustin d’Hippone






Qui me donnera, Seigneur, de reposer en toi ? Qui me donnera que tu viennes en mon cœur et que tu l’enivres, afin que j’oublie mon malheur, et que je t’embrasse, toi, mon seul bien ?...

…Voici les oreilles de mon cœur, Seigneur, et dis à mon âme : ton salut c’est moi. Je veux quêter cette parole, et te saisir. Ne me cache pas ta face…, que je la voie...

…Étroite est la maison de mon âme pour que tu viennes y loger : qu’elle se dilate grâce à toi ! Elle tombe en ruines : répare-la...

… Je crois et c’est pourquoi je parle. Seigneur, tu le sais.
Ne t’ai-je pas confessé mes fautes ? N’as-tu pas remis l’impiété de mon cœur ?

Je n’entre pas en jugement avec toi, Tu es la vérité,
Je ne veux pas me tromper moi-même, de peur que mon iniquité ne se mente à elle-même.

Je n’entre pas en jugement avec toi, Tu es la vérité.
Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ?



Les Pères de l’Eglise, et parmi eux Saint Augustin, étaient des hommes de prière. Celle-ci se nourrissait essentiellement de la méditation de la Parole de Dieu. Cependant, ici ou là, au détour d’une page, l’on découvre parfois une prière qu’ils se sont donnés la peine de formuler. Voici quelques-unes d’entre-elles qui nous tiennent particulièrement à cœur.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire